Les comptes-rendus (8/1/2018 au 5/11/2018)

LES COMPTES-RENDUS DES SÉANCES PAR JACQUES BAUDOUX

LES COMPTES-RENDUS ANTÉRIEURS, SE TROUVENT DANS LA PAGE « ARCHIVE »

Cliquez sur les textes en rouge pour accéder aux liens vous conduisant au sujet.

Séance du 5-11-2018

Nous avons pu disposer de la salle 210, bien heureusement, car 13 membres étaient à nouveau présents. C’est sans doute un chiffre porte-malheur pour certain, mais pour moi, c’est un chiffre qui prouve que notre association est sur la voie d’une évolution positive.
La séance débute par l’examen des résultats arithmétiques finaux des concours FCP papier 2018.
Le classement individuel en monochrome reprend Yves Sermeus 21e et Jacques Baudoux 22e sur environ 150 auteurs participant.
Le classement individuel en papier couleur reprend Chuy Chay Huynh 44e sur environ 170 auteurs participant.
Le club termine 8e en monochrome sur 26 clubs ayant participé et 11e en papier couleur sur le même nombre de club.
Le nombre de cercles inscrit à la FCP est de 54. 28 n’ont pas participé aux concours.
Nous procédons ensuite à l’analyse de quelques-unes de photos papier couleur revenue des concours. Jacques s’essaye à une double analyse d’une photo. La première où il attribue les points maximum en soulignant tous les aspects positifs de l’image et la démarche de l’auteur. La seconde analyse de la même photo, où il attribue le nombre de points minimum en soulignant tous les aspects négatifs que pourraient y trouver un juge qui n’aimerait simple pas l’image. Cette expérience pour prouver le haut degré de subjectivité de l’appréciation d’un jury.
D’autres membres prennent la parole avec bonheur, soulignant des aspects de la photographie qui nous échappent parfois, comme quoi « on apprend tous les jours ».
Jacques souligne ensuite l’intérêt de se pencher sur le travail des grands noms de la photographie, estimant que des gens tel que Nadar voir galerie 1
 et galerie 2 , ont produit des portraits dont l’approche et la qualité pourrait encore inspirer des auteurs d’aujourd’hui dans ce domaine particulier de la photographie.

Lundi 29-10-2018

Pas de séance. Vacances scolaires de Toussaint.

Séance du 22-10-2018

Ce lundi restera sans doute longtemps dans ma mémoire.
Alors que vendredi, il semblait sûr et certain que nous devrions tenir notre séance dans la salle 204, nous avons pu nous réunir dans la 108. Bien que cela nous ait obligé à déménager notre matériel du deuxième au premier étage, nous avons pu disposer de nettement plus d’espace que si nous avions été obligé de nous réunir dans la 204. Nous étions 14, nous aurions été obligé de rester debout.
Une bonne partie de la séance a été consacrée aux résultats de notre participation aux concours de la fédération et à l’analyse des photos noir et blanc qui n’ont pas été retenues par le jury. Christine, que j’ai sollicitée, a eu le courage de s’y attaquer, bravo, c’est en forgeant que l’on devient forgeron.
Monique ayant eu une photo retenue dans cette catégorie, nous avons rappelé le sujet : dans la neige en ligne assez contrastée. Je m’en suis souvenu et elle m’a permis d’évoquer un grand photographe, aujourd’hui décédé : Mario Giacomelli.
Le lundi 29 octobre, nous ne tiendrons pas de séance, en raison des vacances scolaires.
Parmi les sujets au programme de la séance du 5 novembre, il y aura l’analyse des photographies papier couleurs revenues du concours de la fédération.

Séance du 15-10-2018

Ce soir, nous accueillons deux nouvelles personnes venant tester notre association.
Comme annoncé, la séance débute par un rapide coup d’œil sur le choix d’utiliser des fichiers RAW ou jpeg.
On passe ensuite à l’évocation des différentes options pour abandonner l’utilisation des réglages « full automatique ».
Le choix de la vitesse et de l’ouverture nécessite un peu de réflexion. Si l’on veut se documenter davantage sur les choix judicieux, il y a intérêt à compulser les anciens livres se trouvant dans l’armoire du club, que ce soit en argentique ou en numérique, ouverture et vitesse nécessite les mêmes normes de réglage.
Pour ceux qui débutent vraiment dans l’abandon de l’automatisme, ils peuvent consulter un site présentant les choses de manière simple, une page est consacrée à la vitesse, l’autre à l’ouverture.
En deuxième partie de séance, Janine ayant apporté un livre de Nick Brandt, on se rend sur le site de cet auteur de photographies animalières artistiques.
Ensuite nous voyons quelques images retenues dans les concours de la Fédération photographiques de France, la Coupe de France nature, la Coupe de France papier couleur, le concours Nationale 1 monochrome et le concours National 2 monochrome.
Et pour terminer nous nous promenons sur une présentation d’images de notre membre Denis Noë qui était présent lors de la séance du 8 octobre, mais malheureusement absent pour commenter ses photos.

Séance du 8-10-2018

Anne n’ayant pas pu assister à la séance du 29 octobre se présente plus tôt pur pouvoir prendre connaissance des sujets développés la semaine précédente, à savoir la balance des blancs.
Les autres membres rejoignent peu à peu la séance et surprise, nous avons le plaisir de saluer la présence de Denis Noë. Denis est membre fidèle de notre association depuis 2010, mais voilà bien longtemps qu’il n’avait plus assisté à une séance.
Des nouveaux membres étant intéressés par la photographie rapprochée, on procède à un tour de table, pour connaître les manières de procéder des « anciens ». Les renseignements se résume parfois à quelques mots, mais certains membres, développement plus largement le thème.
Jacques présente ensuite sur écran, une série d’images de notre regretté Henri Kemp. André Baise et Monique Forthomme se sont engagés pour assister aux obsèques. Janine et Jacques ont acheté des fleurs qui seront déposées au nom de notre association.
Membre de l’Ordre des amis de Manneken-Pis, Denis qui en est le reporter photographe attitré est invité à nous parler de cet travail qui n’est sans doute pas de tout repos, mais permet de vivre sans nul doute de bons moments.
Pour terminer, Christine, pose aux membres la question : « Comment vous êtes vous lancé dans la photographie ? » Vaste sujet, car s’il est certain que plusieurs membres ont pris des photos il y a déjà de multiples années, l’engagement dans la passion photographique est souvent beaucoup plus récent. Entre les photographies de la famille et la pratique de la photographie à un niveau plus élevé, il y a souvent un grand laps de temps qui s’est écoulé.
À l’occasion de la question posée, André Baise, nous fait découvrir le parcours, de ses essais, de son approche esthétique, pour parvenir à la réalisation de photographie sur le thème de l’ombre et la lumière. Les efforts déployés méritent de vifs encouragements.

 

Jeudi 4 octobre 2018

Je viens d’apprendre le décès d’Henri Kemp.


Il fut pendant de longues années et jusqu’à fin juin de cette année notre rédacteur de séance, mais bien plus, il était toujours de bon conseil et produisait encore de très bonnes images.
C’est avec une énorme tristesse que j’ai pris connaissance de la triste nouvelle.
Malgré sa décision de ne plus s’affilier, en raison de son état de santé et des problèmes de mobilité, dont le stationnement aux environs du Centre culturel de Jette, je continuais à le tenir informé de nos activités et j’espérais pouvoir le faire encore longtemps.
Au nom de l’Association photographique Brussels Miroir, je présente mes sincères condoléances à tous ceux qui lui était proche, en les assurant que son souvenir restera vivace en nos cœurs.
Il avait rejoint notre association fin 2004, il fut donc à nos côtés pendant 14 ans, sans interruption, une fidélité à souligner.
La cérémonie des funérailles aura lieu le mardi 9 octobre à 11 heures au crématorium Daelhof. Erasmuslaan, 50 à 1804 Cargovil-Zemst. L’inhumation aura lieu au cimetière d’Eppegem.
Si vous souhaitez retrouver quelques photos d’Henri, cliquez sur « photo Henri ».
Jacques Baudoux

Séance du 1/10/2018

Surprise. À notre arrivée au Centre, José nous annonce que la salle 210 ne sera pas disponible et que nous ne pourrons disposer que de la salle 204.
Après avoir consulté William Poppe, ancien directeur du Centre, il s’avère qu’il doit s’agir d’une erreur. Ouf !
La séance débute pour Christine, par une visite de l’exposition d’Arif qui est très appréciée.
En début de séance, Janine met à la disposition des membres, un livre, « La planète des insectes » de Claude Nuridsany et Marie Pérennou édité par Arthaud. On y trouve des photos de nombreux insectes en pleine activité et notamment en vol.
Les prises de vues ont été réalisées en argentique, ce qui met encore en évidence les qualités des auteurs, il faut savoir qu’ils utilisèrent de la pellicule 25 et 64ISO. Certains pratiquant du numérique pourraient sans inspirer.
Jacques évoque ensuite le sujet de la balance des blancs et en premier lieu lors de l’utilisation d’un flash, qu’il soit incorporé à l’appareil ou séparé.
Lorsque l’on règle son appareil sur une sensibilité élevée, le réglage TTL diminue la puissance de l’éclair et le lumière ambiante devient prépondérante ce qui donne une balance des blancs assez faussée. A contrario, si l’on règle l’appareil sur une basse sensibilité, l’éclair devient la source d’éclairage prépondérante et on obtient des images aux couleurs assez froides. Il s’agit donc de trouver le bon réglage pour avoir une ambiance chaude sans exagération. Un essai avant les prises de vues importantes est conseillé.
Poursuite sur le thème de la balance des blancs. Comment établir la balance des blancs avant les prises de vues. Trucs et astuces sont présentés;
Pour la seconde partie de la séance, nous jetons un coup d’œil sur le paquet de photos que nous envoyons aux concours de la fédération. Nous ne pourrons tout voir, car Ariif qui s’est engagé à porter les photos chez le commissaire, nous a rejoint tardivement (boulot faisant loi) et est mal stationné.
Les membres qui auraient loupé la présentation sur la balance des blancs, peuvent éventuellement venir un peu plus tôt à la séance du 8 octobre.

Séance du 24-9-2018

Vernissage ce soir, de l’exposition de notre membre Arif Kavak, sur le thème « Street Photography ».
D’excellentes photographies, un drink et des amuse-bouches, préparés par l’épouse et deux filles d’Arif, tout cela à ses propres frais.
C’est la salle polyvalente du Centre culturel de Jette qui abritait les photographies à l’occasion de ce vernissage. Nous n’y avions jamais rien accroché, mais il semble qu’elle puisse très bien convenir à nos expositions.
Si les photographies étaient de qualités, la rigueur et le sens de la présentation étaient remarquables, aucune remarque négative à formuler, Arif à réussi à présenter une exposition qui représente une excellente promotion pour notre association.
Nous avons pu nous réjouir de la présence de nombreuses personnes, parmi lesquelles plusieurs administrateurs du Centre culturel, dont le Président, mais également de Monsieur Pierre Dewaels, Président du Conseil communal de Jette et ancien Président du Conseil d’administration du Centre culturel.
L’exposition des œuvres d’Arif se poursuivra dans les couloirs du second étage du Centre, jusqu’à la mi-décembre.
Les membres ont profité de l’événement pour déposer leurs photos en vue des concours de la Fédération.

Séance du 17-9-2018

Première séance dans la salle 210.
L’espace est bien supérieur à celui de la salle 204 et peut donc nous convenir, il reste à voir comment procéder pour l’occuper le 3e lundi du mois, après le départ des occupants qui théoriquement quittent la salle à 20 heures.
– Arif prépare son exposition et nous sommes tous invités au vernissage qu’il offre, le lundi 24 septembre.
– Nous voyons tout d’abord des photos couleurs de Peter. Elles sont destinées aux concours de la FCP.
– Chuy Chay, nous propose sur clé USB, une série d’images en vue d’une sélection pour les concours de la FCP.
– Et enfin, Alain Caron, nous régale de quelques vues de Florence. Un petit reportage bien sympathique. Des membres émettent quelques remarques techniques concernant les prises de vues, mais dans ce genre de réalisation, les règles et contingences habituelles, ne semblent pas d’une nécessité absolue.
– Avant le début de la séance, Christine a présenté à votre serviteur quelques images sur l’écran de son ordinateur pour une analyse de base de quelques photographies.

Séance du 10-9-2018

La séance se tient pour la dernière fois dans la salle 208, où nous nous réunissions depuis plus de 20 ans.
À partir de la semaine prochaine, nous devrions nous réunir dans la salle 204, trois fois plus petite, mais suite à mes diverses requêtes, le directeur du Centre culturel, nous donne l’opportunité de disposer de la salle 210, sauf le troisième lundi du mois. Nous essayerons de voir comment nous arranger, peut-être pourrons-nous quand même l’occuper un peu plus tard, les occupants du troisième lundi, terminant à 20 heures.
Notre séance a débuté par quelques annonces.
Ensuite, Christine nous a présenté une belle série d’images de multiples sujets, suscitant des commentaires en sens divers. Nous avons vu des paysages et des photos de différents sujets. Je suis persuadé qu’avec quelques recadrages, elle parviendra à nous montrer des photos très intéressantes.
André Crollaer, nous a proposé des photos d’artisans œuvrants dans le cadre d’un événement présentant des métiers pratiqués à l’ancienne avec des participants en costumes d’époque.
Peter l’Africain, nous invita à découvrir des éléphants namibiens qui bien qu’étant plus petits que des cousins plus costaux vivant dans d’autres pays du continent, n’en demeurent pas moins impressionnant. Des photos de famille, des présences d’animaux au plus près du véhicule dans lequel il circulait et enfin, l’environnement aride qui oblige les éléphants à parcourir de longues distances pour aller s’abreuver.
Pour terminer, nous avons eu droit à de superbes photographies de Pascal Kamole qui nous a fait découvrir des personnages qui pratiquent l’afro sartorialisme, un dandysme à la sauce congolaise avec des participants très typés et habillés avec élégance de vêtements d’inspiration italienne. Si les gens de peaux noires sont les plus nombreux à pratiquer ce « hobby », des personnes à la peau blanche peuvent s’insérer dans les groupes, à condition de respecter les principes vestimentaires de la discipline.
Curieux, amusant et surprenant reportage, aux photographies très bien réalisées.

Réunion du 3-9-2018

Première chose : notre rédacteur de séance rencontrant des problèmes de santé et de mobilité, a décidé de jeter l’éponge. C’est une grande perte pour notre association qui pouvait depuis de très longues années, compter sur sa compétence et son assiduité pour réaliser les comptes-rendus des séances. Nous lui souhaitons de garder la santé pendant encore longtemps et l’assurer que nous ne l’oublierons pas.

Ce lundi de rentrée n’aura pas été habituel. Trois dames intéressées par la photographie, se sont présentées pour découvrir notre association : Christine, Anne et Laurence. Nous avons déjà pu ressentir une vraie motivation pour la pratique de notre discipline artistique. L’une d’entre-elles nous a présenté — l’événement est à souligner — des photographies imprimées dans un format supérieur au 20×30 et réalisées sur un support que nous ne connaissions pas. De très belles images, avec un paysage marin très bien rendu et inhabituel.
L’une des visiteuses a déjà pris la décision d’adhérer à notre groupe, espérons que les deux autres suivront la même voie, ce n’est pas seulement pour l’intérêt économique de notre association, mais parce que je pense qu’elles sont en mesure de nous apporter une vision intéressante de la photographie.
André Baise quant à lui, nous a présenté une petite série réalisée pendant ses vacances. Ce fut un plaisir, car le sujet et sa présentation étaient teintées d’une bonne dose d’humour.
Arif, nous proposa un sujet plus difficile à aborder : « la fête de l’Aïd-el-Kébir » en Turquie, avec des scènes présentant la préparation et l’exécution du sacrifice rituel. Arif est sans conteste un photographe de terrain promis à un bel et intéressant avenir photographique.

Dernière chose : nous étions encore en mesure de disposer (et ce sera encore le cas le 10 septembre) de la salle 208 que nous occupons depuis plus de 20 ans, mais à partir du 17 septembre, nous en serons privé et nous devrons nous réunir dans la salle 204. Nous avons donc testé, avec les participants de la séance, les possibilités offertes par la salle 204 (en présence du préposé à la garde du Centre). Résultat : incompatible avec nos besoins.
Un message a été adressé le mardi 4 septembre au directeur du Centre pour lui communiquer le résultat de notre expérience, nous attendons sa réponse avec impatience.

Jacques Baudoux

COMPTES-RENDUS RÉALISÉS PAR HENRI KEMP

Réunion du 25-06-2018.

Avec le retour de vacances de Janine et Jacques, de multiples péripéties se doivent d’être racontées. Le prix de l’essence dans les pays traversés, les particularités des différents pays, les hôtels avec leurs caractéristiques, la remarquable installation d’une aire de repos sur autoroute en Suisse italienne, permettant un moment de détente dans un environnement verdoyant, propre et spécialement des sanitaires très élaborés, unique en leurs genres, le tout absolument gratuit.
Erik tient à parler de la façon dont sont organisés les concours FCP, pour que chaque participant sache comment construire ses images. Pour Jacques, il est important de commenter les raisons de participation à ce concours.
Lors de son arrivée à Ancone (IT), son port d’embarquement sur le ferry devant le conduire en Grèce, Jacques à saisi un groupe de tout âge, nostalgiques de la 2CV, en partance pour une randonnée en Grèce par des routes « départementales » et en résidant dans des campings. Pas moins de 72 de ces véhicules étaient au départ. La simplicité mécanique de ces voitures permettait au propriétaire diverses interventions de dépannage, ce qui dès avant l’arrivée en Grèce à été déjà très utile pour un certain nombre de participants.
Toute visite en Grèce se doit de montrer des images d’événements familiaux tels que baptême et noces. On voit le père, la mère, l’enfant à l’occasion du baptême, la mariée, le garçon, le caméraman et les tables du festin, les prêtres qui officient à l’occasion du mariage.
Jacques nous présente une série de photographies réalisées par Janine, qui s’est intéressée aux écorces des arbres en Grèce et plus particulièrement les pins et les platanes, des écorces offrant de très jolies couleurs et de surprenants motifs.
Yves nos propose en BN une lampe à incandescence contenant un arbuste. trois arbustes disposés en diagonale, une galerie éclairée, un cycliste, une charrette tirée par des chevaux, un portrait de femme.
À L’occasion du prochain anniversaire d’Henri, il n’y a pas lieu de passer sous silence une distribution de boissons, de chips, d’amuse bouches.
Avec son âge canonique et les services rendus au club, il a bien mérité cette attention.
Bonnes vacances à tous.

Réunion du 18-06-2018.

Avec des effectifs réduits, nous sentons déjà l’approche des vacances. Les programmes de projections devenant lassant, Erik fait quand même un maximum pour meubler nos soirées.
Nous voyons un tête de Pakistanais coiffé d’un énorme turban vert. De gros blocs de rochers percés d’une ouverture qui découvrent uns mer bleue. Un groupe de canards permet à Yves de nous donner une leçon de mise au point. Une tête de girafe transperce l’image. Une oie , le bec grand ouvert pousse pour nous un cri qui reste cependant inaudible. Un zébu aux cornes immenses fait son apparition. Un renard qui reste toujours à la recherche d’une poule à croquer. Un mur d’enceinte construit en moellons emprisonne des lions ainsi qu’un rhinocéros. Nous voyons encore un singe surmonté d’une grande tignasse blanche. Une hyène, animal repoussant, tente cependant à se rendre sympathique. Un paon, une oie, une hirondelle, un héron, complètent la volatile.
De Peter, nous voyons : un escargot, une fourmi, une mouche, une abeille, une araignée.
Monique nous fait voir un ensemble d’objets indéfinissables dont des bulles d’une eau savonneuse multicolore répandues sur un carreau.

Réunion du 11-06-2018.

Commençons par la projection des deux aigles, emblème d’Erik Verelst. Ce dernier nous raconte le déroulement des concours d’agent de sécurité à la STIB. Il semble bien qu’aux signes de bonne humeur dont témoigne Erik, que tout se soit bien déroulé.
Arif nous montre une collection d’images variées: une cabine dans la rue, un escalator, deux personnages féminins, suivi d’un personnage, des acteurs sur une scène, une famille assise sur un banc, une foule de gens, un bus à deux étages, deux bonshommes et un chien, un abreuvoir d’eau potable occupé par six hommes, un transport de canots, un canal, des arbres exotiques sur un ciel bleu, un contre-jour en mer, un coucher de soleil avec de grosses pierres à l’avant plan.
Joseph nous fait voir une série de musiciens: deux saxophonistes, un chanteur, un contrebassiste, un clarinettiste, un guitariste, une batterie, un harmonica.
Un clavier de piano parcouru d’une main, à retoucher. Un groupe de danseurs.
Monique nous présente quelques gros plans: des fines herbes, une sauterelle, des graines de pissenlits groupées, des fleurs de chardons, de la monnaie du pape, des fourmis, et un singe peu commode.

Réunion du 04-06-2018.

Soirée d’images très curieuses Peter, dans ce domaine est imbattable. Il nous montre une série de photos indéchiffrables. Qu’a-t-il voulu nous raconter. Après nombre de questions, il consent à nous éclairer et chacun d’entre nous s’efforce de se construire une image.
Yves dispose d’une série d’images fournies par un photographes français. C’est un genre d’e photos que nous n’avons pas l’habitude de voir: des paysages, des sous-bois très lumineux, très colorés. Ces images nous surprennent par leur originalité et vont même jusqu’à nous éblouir.
Que la soirée soit bourrée de surprises, Pascal nous en fait une démonstration. Lui, spécialiste de chanteurs et musiciens noirs, a troqué le noir pour du blanc. Ce qui montre qu’en Gospel et chants religieux, les chœurs occidentaux s’y sont bien adaptés.

Réunion du 28-05-2018.

Depuis le Portugal, Yves s’en revient avec quantité d’images intéressantes. C’est un pays fort photogénique où il suffit de faire un tour avec sa caméra pour récolter de belles images; comme la petite maison blanche au sommet de la colline; la prairie parsemée de fleurs jaunes avec des arbustes foncés à l’arrière plan; un pêcheur au bord de la falaise; des terrasses de café; le héron; un canot en mer; la plage de Nazaré; des caisses de poussons; une façade à trois portes identiques; des ruelles de Lisbonne..
Peter s’intéresse à un guitariste présentant des surfaces très blanches et d’autres pratiquement noires. C’est le genre de photo avec un énorme contraste et devant lequel on reste perplexe. Plusieurs membres s’y cassent les dents. Pascal, spécialiste des photos de musiciens, s’efforce d’y voir clair et finit de mettre tout le monde d’accord.
Notons l’absence d’Erik Verelst qui passe des épreuves de concours.
Souhaitons-lui plein succès.
Alain Caron quant à lui, après avoir assisté à un congrès à Florence et assurer une pleine journée de consultations Rentré dimanche dans l’après midi d’un séjour de 4 jours à Florence à l’occasion d’un congrès, a souhaité, après une journée de consultations rentrer chez lui avant 23 heures (tunnels fermés à la circulation). Il apportera la fois prochaine des photos prises à Florence.

Réunion du 14-05-2018.

Une bande de gais lurons fait irruption dans la salle 208 et aussitôt l’espace s’emplit de rires tonitruants et d’éclats de voix. C’est à celui qui couvrira de sa voix celle de ses concurrents. Regrettons seulement que la place réservée à la photographie s’amenuise comme une peau de chagrin.
Yves dispose d’une belle collection d’images variées. Nous voyons une combinaison de lampe à incandescence dans laquelle il a incorporé une branche d’arbre. Effet bien réussi.
– Deux papillons dont un jaune et un vert sur une fleur.
– Trois arbres enneigés, la nuit, disposés en diagonale.
– Dans les bâtiments du Luxembourg, des tours, des fenêtres, une galerie et un personnage.
– Un manège le soir.
– Un attelage de chevaux de trait sur une piste.
– Un curieux visage de femme sur un fond de zébrures.
– Deux foulques.
– Au Parlement, à l’occasion de la journée portes ouvertes, défilent une série d’images de salles et de locaux. Une table ovale dans une salle de réunion. Une quantité de verrières grillagées.
Yves nous présente encore une série de portraits de femmes en blanc et noir, en couleur et même en bleu.
Les images sont disposées de multiples façons où l’on croit avoir épuisé toutes les poses.
André Crollaer nous montre encore des paysages marins, un paysage le soir, un chemin de fer enfumé traversant l’image.

Réunion du 07-05-2018.

Il s’en fallait de peu que le Brussels Miroir se trouve orphelin de son rédacteur. Je suis infiniment reconnaissant à l’équipe médicale qui ne ménagea pas ses efforts pour me sortir de ce grand trou noir. C’est que mon heure n’a pas encore sonnée. Mais qu’on le veuille ou non, il faudra bien un jour jeter le gant.
Je tiens aussi, pendant mes moments pénibles, de remercier les membres qui m’ont gentiment téléphoné pour prendre de mes nouvelles et de me réconforter.
Je reprends la plume avec autant de plaisir et la certitude de ne pas avoir perdu de verve.
Janine et Jacques ont entamé la route de leur seconde patrie, le berceau de notre civilisation. Une atmosphère ou baigne les grands noms comme Sophocle, Aristote, Thalès, Pythagore, Socrate, Périclès, Platon et bien d’autres. A notre paire bien heureuse, nous souhaitons d’y croquer à belles dents.
En cette période de l’année, se pose toujours la même question ? Comment meubler nos soirées ? Il se trouve suffisamment d’hommes capables parmi nos membres pour satisfaire aux questions des moins avertis. Ce pourquoi les derniers arrivés n’ont pas à hésiter d’interroger les spécialistes.
Marquent leur présence : André Crollaer, Erik Verelst, Joseph, Yves, Peter, André Baise, Pascal, Alain Caron, Henri !
André Crollaer nous montre deux aigles pygargues ainsi qu’un cygne. Ces deux images déchaînent de grosses discussions.
Erik Verelst possède déjà une énorme collection animalière. Nous avons l’embarras du choix : héron, hiboux harfang, macareux, martin-pêcheur, cormoran, etc. En plus : cerf, guépard, lynx, otarie.
De la plus haute importance et du plus grand intérêt, Erik a assisté au travail du jury du concours nature.
Il a ainsi pu se rendre compte à quelles critères les photos doivent répondre pour être acceptées et quelles sont les fautes à ne pas commettre pour éviter le refus.
Ne serait-il pas bon de dresser une liste, de l’apprendre de mémoire et de la respecter.
Il nous est quelquefois reproché de ne rechercher les sujets de paysage, d’animaux, de botanique, d’insectes. Or, les motifs humains peuvent fournir des sujets grandioses: songeons à l’expression, aux sentiments, aux regards, à l’émotion.

Les textes en italique n’ont pas été rédigé par Henri Kemp actuellement indisponible pour raison de santé.

Séance du 23-04-2018

Après quelques sujets divers, concernant l’imprimante qui après réparation ne fonctionne toujours pas correctement et l’état de santé de nos anciens, notre nouveau membre Ricardo, nous présente une série d’images sur deux ou trois sujets différents.
Une expérimentation en macro, à partir de matière huileuse, dont les bulles crées des images du plus effet.
Des marines en noir et blanc, avec de belles lumières.
Des images nature, en proxi ou macro, souvent très belles par leurs simplicité.
Félicitations Ricardo, tu as un sacré coup d’œil.
J’allais oublier  ! Un nouveau photographe est venu tâter le terrain.

Séance du 16-04-2018

L’imprimante retrouvé le local du club. Malheureusement après quelques signaux de problèmes, elle a redémarrer mais un liseré, voir deux liserés horizontaux apparaissent sur les essais.
Il faudra refaire des essais et contacter le magasin qui s’est chargé de faire transiter l’imprimante vers le réparateur.
Pour le reste, le soirée est consacrée aux résultats du concours FCP 2018 première épreuve.
Bien que le résultat de notre association soit positif, un gros regret, l’absence dans les photos acceptées aux concours – pas seulement celles de notre association – d’acceptations pour les photos de reportage. C’est une grande déception, car nous possédons dorénavant un artiste en la matière qui  serait certainement très remarqué s’il participait aux concours de la Fédération française.
Il semble que le jury se soit surtout intéressé aux photos prises en studio, que ce soit du studio avec fond ou en décors d’intérieure. Certains paysages ont également trouvés grâce aux yeux du jury.
Cette situation n’est pas nouvelle, l’on a pratiquement jamais connu en Belgique (du moins en région francophone), un intérêt pour le streetview, exception faite, il y a déjà quelques années, pour les photos de Jean-Marie Woit et lorsque un ancien commissaire FCP, Jules Copus, avait inséré une catégorie « photo-reportage » au sein des concours.
Que les pratiquants du streetview ne se décourage pas, le secrétaire de notre association veillera à ce qu’ils soient reconnus en d’autres lieux.

Séance du 26-03-2018

La séance débute par la présentation de photographies de fleurs en noir et blanc, en assez grands formats, réalisée par Katerina Bartkova, une ancienne membre du club.
Il s’agit de photographies de fleurs complètement différentes de ce que nous avons l’habitude de voir, tout d’abord parce qu’elles sont en noir et blanc, mais en plus parce que l’on y ressent une démarche artistique indéniable.
Des bruits se propagent annonçant la fin des images imprimées au profit des plates-formes numériques et notamment des réseaux dits « sociaux ». Jacques évoque le travail de Jimmy Nelson, un grand photographe qui expose avec succès et vend ses photographies à un prix suffisant pour lui permettre de poursuivre ses pérégrinations à travers le monde. Des images de divers lieux sont présentées : Maori, Pérou, Masai, Bhoutan, Papouasie, Namibie, Inde.
La présentation de photographies d’Alain Caron est ensuite à l’ordre du jour. Des photos prises sur l’île de Gorée, située au large du Sénégal et inscrite au Patrimoine de l’Unesco. L’île fut un centre important de la traite des esclaves. Des images très intéressantes. Certes Alain devra encore perfectionner ses prises de vue, mais la base est déjà de bonne qualité.
Plusieurs membres ayant décidé de participer au concours nature de la FBP, Jacques présente, sur écran, des images acceptées  dans ce même concours en 2011. De quoi se rendre compte pour ceux qui participeront au concours de la qualité des images parmi lesquelles leurs photos se retrouveront.
Une série du concours de photographie naturaliste « Argus 2008 », un concours non soumis à la réglementation FIAP.
Peter Saterdag, ayant photographié des animaux en Afrique nous propose quelques images (une petite cinquantaine).
C’est ensuite au tour de Ricardo qui pour sa première visite nous montre des images de fleurs. C’est habituel chez nous, mais il a une vision assez différente de ce que nous voyons régulièrement. Des fleurs oui, mais avec une recherche de composition, de cadrage et position originale.

Séance du 19-3-2018

Certains membres désirant participer au concours nature de la FBP, la séance débute par quelques explications concernant les concours nature mis sur pied par des organisations établissant leurs règlements respectant les critères définis par la FIAP (Fédération internationale de l’art photographique).
Il existe d’autres concours nature, ne se rattachant pas à la FIAP et dont les règlements sont évidemment différents.
Jacques évoque ensuite la photographie des masques de Venise et notamment, l’un des premiers photographes dont les images et les livres purent être découverts en Belgique, ce photographe s’appelait Fulvio Roiter, il est décédé en 2016, à l’âge de 89 ans. C’est trois ans après la résurrection du carnaval que l’auteur proposa ses reportages consacrés à cette fête. Fulvio Roiter a réalisé d’autres photographies très intéressantes et ses livres peuvent encore être trouvés sur les sites de vente en ligne. Depuis 1982, chaque année, l’on nous propose une certaine quantité d’images de ces masques, cela devient bien plus facile, puisque des représentations sont organisées en Belgique.
Jacques se propose de constituer un dossier photographique présentant des images de ce sujet réalisés au fil des ans.
Estimant que l’on doit voir les yeux des animaux photographiés, il nous présente quelques-unes de ses réalisations sur le sujet.

Séance du 12-3-2018

La soirée débute d’une manière particulièrement studieuse. Installé devant les tables chacun s’attèle à préparer ses photos pour les prochains concours de la fédération. Collage des étiquettes et indication des titres, parfois l’un ou l’autre complément d’information.
Pendant ce temps, Jacques interroge Alain Caron, notre nouveau membre, sur les sujets qu’il souhaiterait voir aborder en priorité. Curieusement, alors que d’habitude les débutants se contentent d’utiliser tous les réglages automatiques des boîtiers, Alain pose des questions concernant l’emploi des réglages manuels. Voilà une démarche intéressante, car elle prouve qu’il souhaite comprendre comment fonctionne l’outil.
Suivra ensuite, la présentation aux cimaises de l’ensemble du futur envoi. Le résultat est bon, parfois très bon.
Jacques présente un recueil daté 1901 des bulletins de l’Association belge de photographie. On trouve dans ses anciens documents des informations assez surprenantes et des découvertes étonnantes. Ainsi, un dénommé P. Mathy y présente une méthode pour améliorer une photo dont le ciel est désespérément vide par l’imbrication d’un ciel provenant d’un autre négatif. C’était pourtant bien avant Photoshop.
À la réflexion on se dit qu’étant donné l’instauration d’une nouvelle catégorie dans les concours de la fédération, cette œuvre serait envoyée dans la catégorie « photomontage » puisque l’on aurait utilisé deux négatifs, alors que des images d’aujourd’hui hyper manipulées, pourront concourir dans la catégorie classique la réalisation n’ayant nécessité qu’un seul document d’origine. Des deux images qu’elle est celle étant la plus proche de la photographie dans le sens noble du terme ?
Jacques et Janine admirateur de Michael Kenna, propose une video de 20 minutes, où l’on voit le célèbre photographe travailler sur l’île d’Hokkaido au Japon. Il tirera de ce travail de sublimes photographies qui seront exposées à travers le monde et que l’on retrouvera dans de magnifiques livres photographiques qu’il a édités.

Séance du 5-3-2018

Ce n’est pas le contenu d’une clé USB que nous avons à consulter cette fois, mais un trousseau. Surprise, Peter Saterdag, présente pour la sélection en vue des concours FCP quelques impressions 10 x 15 en noir et blanc et en couleur. Excellente idée, cela permet une analyse plus complète.
Chuy Chay, suivant nos remarques formulées la semaine précédente, nous propose une version modifiée d’une très intéressante image, mais cerise sur le gâteau, une photo supplémentaire, particulièrement humoristique.
Jacques accroche à la cimaise, cinq photos noir et blanc, quatre photos couleurs et une série monochrome. L’envoi aux concours est prêt.
Arif, en tout début de séance à présenter en « off » ses photos noir et blanc et couleur. Pour l’ensemble des membres, Il préfère les présenter montées sur des cartons.
Jacques admirateur (comme Janine) de Michael Kenna, signale sa découverte sur un site de vente en ligne bien connu,  d’un livre de photos de cet auteur sous le titre Holga, réalisées de 2004 à 2017 à l’aide d’un appareil de marque Holga, appareil d’origine chinoise dont la production a été arrêtée en 2015. Cet appareil de moyen format produisait des images avec beaucoup de défaut, mais cela convenait très bien pour certains projets photographiques. Michael Kenna n’est pas le seul à avoir utilisé cet appareil avec succès. Il y a une quinzaine d’années Michel Staumont, photographe français, réalisa plusieurs séries remarquables à l’aide de ce même appareil. Cela nous éloigne très fort de l’imagerie numérique omniprésente de nos jours, mais surtout sur Internet.

Séance du 25-2-2018

Nous avons le plaisir Alain Caron pour la seconde fois.
Les concours de la FCP se rapprochant, quelques renseignements sont donnés, étiquettes, catégorie, etc.
André Baise, pose une question : lorsque l’on parle des grands noms de la photographie, on évoque surtout des « anciens ». N’-y a-t-il pas de grands noms de la photographie aujourd’hui ?
L’avis de Jacques sur cette question, est qu’en fait, il y a chaque année un grand nombre de photographie de très haut niveau, mais qu’il n’est pas certain que l’on retrouvera les mêmes auteurs l’année suivante. De plus, à son avis, pour figurer au Panthéon, il est nécessaire d’avoir produit des photographies iconiques, c’est-à-dire des photographies qui resteront dans toutes les mémoires.
Arif, soumet un grand nombre de photographies noir et blanc imprimées et 4 photos couleur.
Les photographies monochromes sont toutes très intéressantes et le sujet évidemment est la photographie de rue, un créneau particulièrement apprécié par Arif. Nous tentons d’effectuer une sélection pour le concours, mais il est préférable d’attente, car d’autres photographies, au format carré, vont encore nous être soumises.
Les quatre photos couleur, sont bonnes également.
Pour suivre André Baise, nous proposent une nature morte d’un genre particulier, une paire de lunette et l’ombre créée par la source lumineuse. C’est original et un simple ajustement de densité, pourrait apporter un plus à cette image.
Ensuite c’est au tour de Chuy Chay de nous régaler avec des fichiers de sujets sur divers thèmes. Des photos toujours aussi bien faites, parfois avec une intervention technologique, d’autres « simplement » composées avec beaucoup de soins. L’une ou l’autre suscite quelques commentaires visant à modifier l’une ou l’autre chose.
Une bonne soirée préparatoire pour la participation aux concours de la FCP.

Séance du 19-2-2018

La séance débute par des informations concernant les prochains concours FCP. Nombre de photos, disciplines (dont une nouvelle improprement dénommée « Photocomposition ».
Les diverses dates sont signalées : demande des étiquettes, rentrée définitive au club, etc.

Sachant qu’Arif aime les photos noir et blanc très contrastées, Jacques Baudoux présente un grand noms de la photographie, Mario Giacomelli. Ayant commencé à travailler dans une imprimerie, il a été attiré par les rendus noir et blanc, type luth, des réalisations typographiques.
Chez Giacomelli, c’est vraiment le blanc et le noir, les demi-tons sont pratiquement absent, aussi bien pour les paysages que pour le reportage. On ne peut rester insensible face au travail d’une aussi forte personnalité.
Mario Giacomelli est décédé en 2000, mais ses œuvres sont loin d’être oubliées.
Site officiel : http://www.mariogiacomelli.it
Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mario_Giacomelli

Jacques représente également trois photos de qualité d’Arif, que certains ont déjà vue la semaine précédente.

Pour suivre Jacques, propose une trentaine de photos des carnavals de Binche (11 et 13 février) et Morlanwelz (18 février). Les gilles y sont bien entendu à l’honneur, mais aussi les « Marins » que l’on n’avait plus vu à Binche depuis 30 ans.

Séance du 5-2-2018

La séance débute par la présentation d’images d’oiseaux en vol de notre ami Peter. Le résultat est plus que satisfaisant, on pourrait dire qu’il prend son envol en photographie ornithologique.
Ayant constaté l’intérêt porté par Peter aux photos d’envol d’oiseaux, Jacques Bdx est allée pêcher sur le site des concours de la Fédération photographique de France, et plus particulièrement de la Coupe de France, une série de photographies d’oiseaux en vol ou en activité. Malgré le fait qu’il s’agissait d’images acceptées, Jacques s’était efforcé de choisir celles qui lui semblaient les meilleures.
Une partie de la pointilleuse assistance a souligné des défauts et des problèmes dans certaines images présentées. L’on peut donc dire que les photographes français ont eu de la chance de ne pas trouver nos membres parmi les jurys.
Pour suivre, quelques photographies noir et blanc d’Yves Sermeus. Des images très contrastées qui ont beaucoup plu à l’animateur et une photo d’un modèle féminin sur lequel les avis étaient partagés, certains s’intéressant à la qualité de l’éclairage, d’autres à la pose qu’ils trouvaient originale, un autre, moi en l’occurrence qui justement trouvait que la position d’une épaule contre la joue du modèle n’était pas heureuse.
Et enfin, des images de Chuy Chay Huynh, prise chez lui à la maison, d’insectes perdus au milieu de plantes décoratives et que seul un œil expert est capable de repérer et de saisir.
La qualité technique proposée par Chuy Chay fait partie de sa marque de fabrique. Maître du contre-jour et de la lumière, il produit de très belles images.
Mais nous avons été très gâtés par Monique Forthomme qui s’est chargée de nous présenter les cartes d’identité des insectes photographiés.
Jacques Bdx présenta ensuite trois photos qu’Arif Kavak lui avait envoyé pour avis et qu’il a beaucoup apprécié, trouvant l’une d’entre-elles vraiment géniale.

Séance du 29-1-2018

Annonce des dernières nouvelles sur l’état de santé de notre rédacteur Henri Kemp. Il est rentré chez lui, se sent relativement bien, mais devra vraisemblablement subir une intervention au niveau d’une artère. Pour plus de détails, les membres sont conviés à prendre directement contact avec lui.
Ce soir nous recevons la visite d’un candidat nouveau membre, Alain Caron.
La séance débute en informant quelques membres sur la bonne manière de procéder pour la finalisation du montage des cadres. Cela a déjà été fait à plusieurs reprises, mais les mêmes problèmes se posent à nouveau, au risque de briser les vitres.
Arif étant arrivé à 20 heures, il aide Jacques a mettre l’imprimante dans la boîte d’origine, la descendre et la mettre dans le coffre de la voiture du secrétaire. Merci pour ce sérieux coup de main.
C’est Peter qui présente les premières images avec comme sujet : «  les oiseaux en vol  ». Il ne s’est jamais attelé à ce genre de prise de vue et ne s’en est pas trop mal tiré.
Particulièrement apprécié par Jacques, trois oiseaux en silhouette sur le ciel avec quelques branches, également en silhouette, sur le bord. Un genre d’image sans doute peu appréciée par certains photographes de club, mais dont l’originalité est certaine et peut-être très appréciée par des photographes ouverts aux démarches non conventionnelles.
Peter poursuit par la présentation d’images prises au Jardin Botanique de Meise, jardin devenu un peu «  son  » jardin. De très belles fleurs, la nature étant une formidable créatrice artistique.
Dans un tout autre registre, Arif Kavak fait également preuve d’une grande originalité tant par l’approche des sujets que par le fait qu’il ai décidé pour cette série d’images de travailler en noir et blanc. Quand l’on sait que le carnaval est presque toujours abordé en couleur, voilà déjà une audace à souligner. Le coup d’œil d’Arif et sa promptitude dans l’action lui permettront, très certainement et rapidement, de réaliser de très intéressantes séries de photographies de rues comprenant toutes les sous-catégories de cette technique. Il reste à ajouter que sa personnalité s’exprime également par sa volonté de travailler avec beaucoup de contraste, en utilisant le noir profond plutôt que les gris, ce qui donne encore plus de force à ses photographies.
Notre visiteur de ce lundi, interrogé sur ce qui l’intéresse le plus en photographie, répond qu’il apprécie la photo nature et particulièrement les oiseaux. Nature et oiseaux. S’il décide de s’affilier, il ne sera pas trop dépaysé chez nous, où la majorité des membres s’intéresse aux mêmes sujets.

Séance du 22-1-2018

Notre rédacteur de séance n’ayant toujours pas pu – étant hospitalisé –, participer à notre réunion hebdomadaire, il nous appartient de nous charger de la lourde tâche qu’il assume aussi bien depuis de longues années de rédiger les rapports des séances. Espérons que nous le reverrons très bientôt.
La séance débute par l’évocation de l’ignorance dans laquelle nous nous trouvons de connaître l’évolution des problèmes de santé que connaît Henri Kemp.
L’on passe ensuite à la vision d’une série d’images de Madagascar, une suite des premières séries présentées par Peter Saterdag. Des images avec des couleurs particulièrement saturées qui intriguent Janine. Madagascar est dénommée « l’île rouge », mais dans le cas présent, c’est rouge-fluo !
C’est Yves Sermeus qui propose ensuite quelques images très intéressantes sur clé USB, mais destinées à être imprimées. Cerise sur le gâteau, Yves nous présente également quelques impressions réussies.
Pour poursivre la séance, Jacques Baudoux invite l’assemblée à suivre une présentation consacrée aux grands de la photographie depuis les origines. Ce travail a été réalisé à l’occasion d’un exposé que JB a présentée à Namur. Vu le nombre important de photographes ayant réalisé des photos iconiques, le travail est loin d’être terminé.
Pour débuter les sujets proposés sont :
– les pionniers : Nicéphore Niepce, Louis Daguerre, William Henri Fox Talbot, Félix Tournachon (dit Nadar);
– la guerre de Crimée : Roger Fenton;
– la guerre de Sécession : Mathew Brady, Alexander Gardner;
– le pictorialisme : Léonard Misonne;
– la guerre de 1914-1918 : Frantz Adam;
– l’ethnologie : Edward Sheriff Curtis;
– la photographie sociale : Jaboc Riis, Dorothea Lange*;
– la photographie humaniste : Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Willy Ronis.
Yves Sermeus termina la soirée en présentant des photos, prises par lui-même, d’un tout nouveau et somptueux corbillard Jagauar. Quel plaisir pour un défunt d’être transporté dans ce type de véhicule quand l’on a roulé en Lada toute sa vie.
(*) Les membres recevront des détails concernant la plus célèbre photographie de Dorothea Lange.

Séance du 15-1-2018

Cette fois, le drink officiel, encore plus arrosé. Certes il faut boire avec… les copains, mais il y a la route à reprendre après la séance.
L’image du jour sera celle de la convivialité et de la bonne humeur avec la présence de Janine, opérée au genou le 18 décembre, il qui malgré des douleurs persistantes, avait tenu à être présente.
Seul bémol, l’absence d’Henri Kemp pour les raisons citées dans le rapport du 8 janvier. L’assemblée à évidemment porté un toast à sa guérison la plus prompte possible.

Séance du 8-1-2018

Notre rédacteur de séance, ayant été hospitalisé le jeudi 11 janvier, il n’a évidemment pas été en mesure de rédiger son rapport hebdomadaire. Espérons qu’il recouvrira rapidement la forme !
Pour changer, alors que le drink de début d’année devait se dérouler le 15 janvier, des membres ayant oublié la date prévue, se sont présenté avec des bouteilles de vin et des amuses gueules. Nous avons bien entendu fait un effort pour trinquer à la santé des membres.
Jacques a fait part du bonheur qu’il avait ressenti, fin décembre 2017, à l’occasion de la proclamation des résultats du concours « Photographie ouverte » organisé par le Musée de la photographie de Charleroi. Alors que dans des éditions précédentes, il avait déjà pu constater que des photographes qu’il avait repéré et soutenu de diverses manières, il y a déjà plusieurs années, se retrouvait parmi les lauréats (Jacques Delplan, Jean-Marie Woit, Frédéric Pauwels), l’édition 2017 voyait la première place attribué à Frédéric Pauwels. Jacques avait proposé à ce dernier de participer à une exposition organisée à Jette, à l’occasion du 100e anniversaire de la Ligue des droits de l’homme, il s’agissait là d’une première grande exposition à laquelle Frédéric Pauwels avait l’occasion de participer. Jacques fit part de l’émotion qui fut la sienne, lors de la proclamation des résultats du concours « Photographie ouverte ». Comme pour les autres photographes précédemment cités, il ne s’était pas trompé et la poignée de main entre Frédéric et Jacques rappelait pour les deux, de bons souvenirs.
Joseph Hong, quant à lui présenta quelques images de « China Light » organisé au zoo d’Anvers. Des prises de vues mettant en valeur les très belles réalisations lumineuses des artistes chinois. Joseph présenta également une très image de l’intérieur de la gare anversoise.